Ancrée en Azeroth depuis de longues années, la Volée Émeraude accuse le départ précipité de sa Gardienne suite aux terribles rumeurs planant autour du Rêve.
Avant de partir, cette dernière confie les rênes de la guilde à une étrange Draeneï dont la rigueur et la discipline ne font pas l'unanimité. De plus, cette dernière semble avoir beaucoup de choses à cacher...

L’ennemie de mon ennemi…

« Il ne reste que très peu de personnes en ce monde avec qui je daigne encore parler, et tu n’en fais plus partie depuis longtemps. »

Je ne pus m’empêcher de sourire. Le franc-parler de Karà était désarmant, et c’était sans doute la raison pour laquelle je l’appréciais autant.
Elle avait dû sentir ma présence dès lors que j’avais mis les pieds en Nagrand. L’Outreterre n’avait aucun secret pour elle.
Mais ce n’était pas pour ses talents de chamane que j’avais effectué un si long voyage.

« Je suis venue te demander un service, mon amie. »

« Je ne suis pas ton amie, Elunarën. Je ne l’ai jamais été. »

Kara-Elu

Plongée dans sa méditation, en plein centre du Trône des Éléments, elle n’avait pas daigné se retourner.
Je poursuivis donc comme si de rien n’était.

« Tu es l’ennemie de mon ennemi. En suivant cette logique implacable… »

« Sargeras est lui aussi notre ami, puisqu’il ne porte pas les Dieux Très Anciens dans son cœur. Qu’est-ce que tu veux ? »

Mon sourire s’élargit. Ma victoire était assurée depuis le début.

« Je veux que tu prennes le commandement de la Volée Émeraude. »

Cette fois, Karà se redressa pour venir me faire face, incrédule. Son regard était froid, mais j’avais enfin réussi à capter son attention.

« Je ne suis pas restée discrète pendant plusieurs millénaires pour m’exposer avec une bande d’idiots indisciplinés. »

« Si tu ne t’exposes pas pour moi, alors je t’exposerai moi-même à tes supérieurs. Ils seraient ravis de te retrouver, après tout ce temps. »

Le chantage n’était pas dans mes habitudes, mais c’était le seul moyen de pression dont je disposais.
Cette conversation ne pouvait se terminer que d’une seule manière.

« La Volée Émeraude est toute ta vie. Ta confiance en moi n’est que folie. Qu’est-ce qui te laisse penser que je ne la détruirai pas de l’intérieur ? »

Je m’approchai d’elle pour lui murmurer à l’oreille les détails de mon plan. Un plan qui me permettrait de mener à bien ma mission dans le Rêve tout en donnant à ma Volée une chance de s’en sortir dans la guerre qui se préparait.

« Tu es folle, Druidesse. »

« Alors nous avons un accord. Prends soin de toi, mon amie. »

« Je ne suis pas ton amie. »

Sans me départir de mon sourire, j’adoptai ma forme de vol pour m’éloigner vers le portail qui allait me ramener auprès des miens.
L’avenir semblait prometteur.

L’heure est venue.

Le Temps change les gens. Il en a toujours été ainsi. Personne n’y échappe.
Mais la Volée Émeraude est intemporelle. Son essence ne peut être altérée, même dans l’oubli.

Après cinq années d’errance dans le domaine des Bronzes, je ne reconnais plus ce monde. Le cataclysme qui l’a ravagé a laissé une cicatrice dont il ne se remettra probablement jamais.
Les druides du Cercle Cénarien s’appliquent à le restaurer, mais il ne s’agit là que d’un travail de surface. Bientôt, Azeroth ne sera plus capable de s’adapter aux caprices des races mortelles.

Plus que jamais, il est temps de passer à l’action…

Article1-1

J’ai pu identifier sept potentiels jusqu’à présent. Six d’entre eux ont répondu favorablement à l’appel de la Volée Émeraude, mais nous avons déjà perdu une alliée.
Un ordre militaire quelconque s’est octroyé la liberté d’intervenir dans nos affaires, piégeant notre amie dans une voie alternative où elle demeure introuvable.
Nous allons employer les moyens nécessaires pour la retrouver, puis tâcherons de rallier de nouveaux potentiels à notre cause.

Notre capacité d’adaptation à ce nouveau monde sera déterminante. Nous devons nous imprégner des coutumes locales, établir des relations saines avec les peuples qui l’animent.

L’heure est venue. L’équilibre d’Azeroth est entre nos mains.